A.S.B.L. "ACTION SENEGAL" - www.actionsenegal.be
Accueil du site > 06.Les nouvelles du Sénégal. > NOVEMBRE 2015 : " Nous avons, ce jour-là, croisé sur notre route la (...)

NOVEMBRE 2015 : " Nous avons, ce jour-là, croisé sur notre route la noirceur personnifiée ! Qui est capable de construire un palais et laisser mourir de douleur un enfant dans sa remise ? " ( Marie Ange ( Penda ) et Tof ( Racine )

dimanche 6 décembre 2015, par Marie-Pierre Decocq - Néné Camara

MISSION HUMANITAIRE DE PENDA ( Marie-Ange ) et RACINE ( Tof ) " Nous avons, ce jour-là, croisé, sur notre route, la noirceur personnifiée ! Qui est capable de construire un palais et laisser mourir de douleur un enfant dans sa remise ? "

Nous étions prêts. Nous avions décompté les jours avec une impatience certaine !

Le projet de la mission humanitaire était présent dans toutes nos conversations : les valises, le trajet, le sac numéro 14 avec les tee-shirts customisés des élèves de notre école primaire,… Prêts à démarrer !

Mais, nous n’avions pas prévu de prendre plusieurs fois l’ascenseur … des émotions … où chaque étage, extériorise nos sentiments sans ménagement et offre également des contrastes très (trop) éblouissants ! Nous y sommes enfin sur le tarmac de l’aéroport de Dakar ! Bonjour Sénégal !

Contraste … Nous rejoignons les précédents acteurs d’Action Sénégal qui soulignent la chaleur et la gentillesse de toutes les personnes rencontrées dans leur village, leur maison, … moments sublimés dans un environnement abrégé. Contraste encore … lors des rencontres avec les enfants esclaves ! Leurs sourires qui vous charment tranchent avec leurs yeux qui trahissent toute la douleur supportée ! Emotions … Parfois l’ascenseur va trop vite et vous donne un haut le cœur … Comme l’histoire de Cheik, enfant esclave de Saint-Louis… Etage -10 … En visite dans un daara clandestin, nous découvrons un enfant seul, couché sur une paillasse à même la terre battue, entouré de gravats, de déchets … Il est seul… dans une remise en béton qui jouxte la nouvelle et imposante demeure de son faux marabout… Contraste … Un enfant couché, seul, dans des gravats, dans une pièce complètement délabrée … Cheikh a de la fièvre, il a la jambe gauche gonflée, il a mal. Cheikh est sale, ses vêtements sont troués et trop petits… Quels sentiments traversent à cet instant cet enfant lorsqu’il nous voit arriver vers lui ? Crainte ? Espoir ? Crainte ? Sûrement ! Que dira son faux marabout ? Acceptera-t-il qu’on l’emmène au Centre Action Sénégal pour le soigner ?

Le faux marabout ! C’est un être (humain) qui a promis à la maman et au papa de Cheikh (à 400kms de Saint-Louis) nourriture, logement et éducation pour en faire un bon citoyen…

Nous avons, ce jour-là, croisé, sur notre route, la noirceur personnifiée ! Qui est capable de construire un palais et laisser mourir de douleur un enfant dans sa remise ?

Palais payé par les enfants esclaves, obligés de mendier pour avoir droit à un laisser-passer sans violence dans le daara clandestin ! Qui peut se vêtir chichement et laisser en haillons des enfants âgés parfois de trois, quatre, cinq ans ?

Qui ?

Nous avons croisé durant ce voyage plusieurs faux-marabouts qui continuent à vivre richement grâce aux aumônes reçues des enfants !

Horreur, dégoût, rage, colère !

Mais lorsqu’on touche le fond, on cherche comment remonter … Et c’est la lumière vers le haut qu’apporte Action Sénégal en offrant avec tous les moyens qu’elle possède l’espoir d’un meilleur monde aux enfants esclaves ou enfants faux talibés.

Ici, les enfants esclaves viennent prendre un bol d’humanité … Ascenseur : étage + 10 ! Ici, on s’arrête et on donne tout ce qu’on peut à ces enfants : sourires, tendresse, douceur, goûter, bain, vêtements propres (ils sont fiers avec leur tee-shirts de l’école !) mais également des soins …

Etage 6 : Cheikh arrive au centre. Sa jambe est infectée… Le docteur Seck arrive, il l’opère. Cheik est courageux, l’opération est grave … Cheikh, l’enfant esclave …

Il se repose un moment, il pleure sur le lit….

Ascenseur – 5 : empathie ….

Qui peut mieux le consoler que sa maman à cet instant ?

Nous ? il ne nous connait pas, on parle à peine le wolof … Cheikh est seul dans son cœur mais entouré par toute l’équipe qui lui prodigue les meilleurs soins et lui donne, comme à l’habitude, tout son amour…

Nous avons, ce jour-là, croisé sur notre chemin, de petites sœurs Emmanuelle incognito qui travaillent au Centre d’Action Sénégal Belgique…

Aujourd’hui, la jambe de Cheikh semble sauvée ! …Il est retourné dans sa remise et a repris ses occupations d’enfant faux talibé dans ce daara clandestin…

Mais l’équipe d’Action Sénégal nous donne régulièrement des informations : il a été revu par l’infirmière et le docteur Seck du Centre qui sont allés le chercher dans sa « remise » afin de continuer les soins … Une histoire parmi d’autres … Une goutte d’eau dans un océan … Une blessure soignée parmi celles qu’ont peut-être les treize mille enfants esclaves de Sor-Pikine de Saint-Louis …

Mais Cheikh, lui, il sait qu’il peut maintenant compter sur l’équipe d’Action Sénégal. Alors, à l’aube de la journée des Droits de l’Enfant, nous voulons rapporter toutes les atrocités vécues quotidiennement par les enfants esclaves dans les daaras clandestins affamés, battus, séquestrés et parfois même violés et montrer tout ce qui est mis en place pour y faire face depuis de nombreuses années grâce à une grande dame rencontrée, un soir, sur les quais de Tournai … Bonne soirée Néné Camara !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0